Actualités

Astuce Photo du mois

 

Astuce photo du mois

 

Le High Key sans studio

Niveau intermédiaire à avancé

photo-high-key-blog-fleurs-printemps-photographe-lyon-cours-photo

© Elise Julliard

Le High Key ? Kesako ?

Le High Key est une technique photo où l’on surexpose volontairement son image pour donner cet aspect très lumineux, vaporeux et doux. On fera attention tout de même à garder du détail sur notre sujet afin que cela reste esthétique. En réalité, ce sont les tons noirs qui sont remontés pour donner ces tons clairs sur l’ensemble des images.

Comment réaliser une photo High Key lorsque l’on n’a pas de studio ? 

Le ciel gris va être votre allié. Si si, profitez du mauvais temps pour faire vos images ! Ne vous contentez pas du beau temps, je vous assure, vous pourrez être créatif ! Ceci dit, si le ciel n’est pas avec vous, un mur très clair en arrière-plan peut faire l’affaire. D’un point de vue personnel, je préfère lorsque le sujet photographié n’est pas éclairé directement par le soleil (s’il est là), car ce dernier donnerai des ombres sur le sujet et enlèverai ce côté très doux et épuré à l’image.

Tout d’abord repérez votre sujet. Pourquoi ne pas profiter des petites fleurs des arbres en ce moment avec le printemps ? C’est le sujet facile pour s’entrainer, les fleurs ne bougent pas trop (attention tout de même au vent…) et elles ne risquent pas de râler si vous devez vous entrainer pendant des heures. Lorsque vous serez plus à l’aise, vous pouvez aussi appliquer cette technique sur des portraits ou des animaux.

 

MISE EN PLACE

Une fois que  vous avez déterminé votre sujet, passez à l’action. Afin d’obtenir un fond blanc, le but va être de viser en direction du ciel (ou arrière-plan clair) avec votre sujet devant. Faites la mise au point sur votre sujet et vos réglages « normaux ». Une fois que ceci est fait, surexposez votre image volontairement. C’est-à-dire, en mode manuel, soit en diminuant la vitesse soit en ouvrant le diaphragme de votre objectif ou bien, si vous ne voulez pas toucher à ces deux paramètres, en augmentant la sensibilité iso. Ainsi, la lumière va rentrer en quantité supplémentaire dans votre appareil photo.

Attention tout de même à ne pas « cramer » l’image, on veut qu’il y ait encore des nuances de lumières et de couleur sur votre sujet. Le but, c’est de le voir et de le mettre en valeur par un environnement très lumineux.

 

Notons bien : préférez travailler, si vous le pouvez, en RAW pour avoir plus d’information dans votre image. 

POST -TRAITEMENT

Pour terminer votre image, il vous faudra passer à la post-production. Vous avez peut-être l’impression que votre photo est un peu fade ? C’est normal. On va travailler les contrastes pour la finaliser.

Si vous avez travaillé en RAW, vous aurez beaucoup plus d’amplitude de travail qu’un JPEG. Mais pour lire un tel fichier, il vous faudra un logiciel capable de les lire, tel que Lightroom, Camera Raw, Capture One pour les plus avertis ou encore DxO.

L’exemple :

photo-high-key-blog-fleurs-printemps-avant-après

Avant / Après post-production High Key
© Elise Julliard

 

J’avais repéré ce sujet assez sympathique dans l’herbe, car il est très graphique.

Le gros plus ? La mouche qui est sur l’image en bas à gauche alors que je ne l’avais même pas vue !

 

Côté post-production, je n’ai pas touché l’exposition étant donné que j’avais bien réglé mon appareil à la prise de vue. Sous Lightroom, j’ai en revanche remonté un peu les ombres pour mieux discerner les détails de l’herbe et augmenté la clarté (le micro contraste). J’ai également augmenté la saturation et le contraste pour que le vert ressorte un peu plus pêchu.

 

photo-high-key-blog-fleurs-printemps

Photographie High Key
© Elise Julliard

 

 

Conclusion

 

Faire du High Key en soit, ce n’est pas difficile. Il vous faut un arrière-plan très lumineux comme un mur clair, et ciel gris. Vous avez juste à surexposer un peu votre image pour que l’arrière-plan ressorte bien blanc, tout en conservant des détails sur le sujet.

Le traitement de votre image servira à éclaircir un peu les ombres et à saturer un peu votre sujet pour donner plus de dynamisme.

A vous de jouer !